Pôle médical / Bastelicaccia (2A)

2017 / Actualité / Tertiaire

Date : 2017 – Projet en fin de chantier
Budget : NC
Surface : 280 m²
Mission : Complète
Maître d’ouvrage : Privé
Maître d’œuvre : CAPO Architectes

Equipe : Architectes / Bastien Casasoprana, Luce Pozzo di Borgo, Jérémy Baglioni

Création d’un pôle médical / Bastelicaccia (20)

Le projet est une commande privée d’un pôle médical composés de 7 cabinets sur la commune de Bastelicaccia dans la région d’Ajaccio, Corse du sud. Notre approche s’est organisée autour d’enjeux clairs : de par sa situation géographique, le bâtiment marque un renouveau dans les services proposés aux habitants.
Il intègre la commune dans son temps par une architecture contemporaine. L’implantation du bâtiment est en complète opposition avec les codes du tertiaires : le parking n’est plus en premier plan mais derrière le bâtiment. De cette façon le bâti s’aligne avec la route et créé une séparation entre la circulation publique et le futur parking visiteur.

La visibilité du parking pour les visiteurs depuis l’espace public est très importante pour un projet tertiaire, c’est pourquoi nous avons pensé le bâtiment avec des percements, des creusements. Nous venons créer une large «faille », qui devient la circulation principale et dessert les 7 cabinets médicaux. En façade, le béton est enduit et lisse alors qu’à l’intérieur nous avons laissé la matière s’exprimer. Cette « faille » est structurée par des motifs de matrice bois sur le béton qui donne un caractère minéral au lieu dans un cadre naturel. Nous voulions que les luminaires fassent partie intégrante du projet, pas seulement comme un objet mais plutôt comme la fusion de deux matière qui se mélangent, à l’image des veines de quartz qui viennent couper la roche par moment.
De ce fait la lumière et la matière ne font qu’un, le jour passant inaperçu et la nuit elle se révèle. Un large escalier d’entrée marque le début de l’excavation du monolithe en créant la transition entre espace public et centre médical. Dans sa forme le bâtiment n’est pas contraint par la déclivité du terrain et un large porte-à-faux vient affirmer la volumétrie du bâti.

Crédit photos: Sylvain Alessandri // Aurélien Baude